La Multiplication De L'escroquerie Au Prêt

La Multiplication De L'escroquerie Au Prêt

Depuis l'avènement des plateformes de financement participatif sur le continent, un ingénieux type d'arnaque s'est propagé sur le web par le biais des forums 2.0 et dans les mails : de prétendus crédits en ligne délivrés en un rien de temps, sans apport, avec 0 garanties et par des gens qui disent être des investisseurs en recherche de placements. Nous parlons ici d'une tentative d'escroquerie, mais le déluge de messages sur pages donne une idée de l'étendue de la situation. Conséquence: beaucoup de particuliers ont été floués du fait de cette arnaque.

Un scénario bien rodé

Faire croire à une promesse d'argent rapide

L’escroquerie au crédit est présentée sous l'aspect d'un scénario avec plus ou moins de vraisemblance. Pour notre escroc, cette étape est capitale parce qu'il sait que la réussite de sa tromperie est en partie conditionnée par la croyance ou non en son histoire. Pour attirer le plus fort nombre de victimes possibles, il écrit et met en ligne une fausse annonce sur des sites ayant beaucoup de fréquentation tels que Facebook ou Twitter. Beaucoup de pages très populaires ne contrôlent pas assez les sections de discussion accessibles par tous les visiteurs, ce qui devient alors un endroit préféré des arnaqueurs.

En premier lieu, l'escroc s'affiche comme une personne qui dispose d'un capital qu'elle souhaiterait faire fructifier par l'octroi de crédits avec un taux d'intérêt très faible. Souvent, il dit être un retraité rentier qui désire sortir de la Banque dans le but de montrer l'image d'un homme noble visant à d'améliorer la société. Ce mensonge suit une logique bien précise : profiter de la détresse financière des personnes fragiles en expliquant qu'un emprunt est toujours possible, même avec de faibles ressources. Il propose de leur accorder un emprunt, même s'ils sont déjà endettés. Une fois que la demande est acceptée, notre faux prêteur promet le virement de l'argent dans un délai record avec des mensualités pouvant monter jusqu'à une dizaine d'années.
Bien qu'il puisse sembler clair pour la plupart des gens que des propositions de ce type sont improbables, il est à noter cependant que des personnes se trouvant financièrement au pied du mur peuvent se laisser berner du fait de cette promesse de crédit rapide qui les aveugle.

Faire croire à une démarche sérieuse

Sur les réseaux sociaux, n'importe qui peut inventer une identité avec un tant soit peu d'imagination. C'est ainsi qu'agissent les escrocs au faux crédit qui créent de toute pièce un personnage inventé qui viendra appuyer leur histoire. En premier lieu, ils donnent une identité française à leur personnage. Donc pas de noms ou prénoms étrangers qui auraient tendance à faire fuir les plus sceptiques. Il faut que la cible ait le sentiment que le prêteur est établi sur le même territoire qu'elle. Dans un script bien orchestré, le faux prêteur peut tenter de passer pour une personne d'un certain âge ou fraîchement retraitée. Les plus ingénieux iront jusqu'à demander des justificatifs de salaire à sa victime, d'autres exigent de répondre à des questions sur son travail. Pour être un un peu crédible, notre escroc ira jusqu'à fabriquer plusieurs faux profils avec lesquels il postera de fausses recommandations dont le but sera de vanter le sérieux de la proposition.

Donner suite à toutes Les arnaques au faux crédit en ligne sollicitations

Une fois que la victime est persuadée du sérieux de l'opération, le faux prêteur peut maintenant passer à l'étape suivante. Il lui confirme alors qu'il approuve son dossier de crédit, mais demande le versement de certains frais par mandat pour valider définitivement le dossier. Ces frais divers peuvent s'élever à quelques centaines d'euros et viennent compenser le temps passé par l'investisseur à analyser son dossier. Ces frais de dossier sont, d'après lui, strictement nécessaires pour libérer le crédit. En cas de paiement, l'escroc lui ordonnera ensuite de verser une cotisation obligatoire d'assurance de crédit. Évidemment, le demandeur ne recevra pas son crédit et notre escroc récupérera les virements avant de s'évaporer dans la nature.


Comment lutter contre de telles escroqueries ?

Tout le monde en France n'est pas accrédité à accorder un emprunt et le crédit entre particuliers est un secteur réglementé. Si une personne ou une société fait de la vente de services bancaires en ligne, le site doit obligatoirement afficher ses informations légales et ses CGV. Pour être admis en tant que d'établissement de crédit, un organisme doit être en possession d'un agrément de L'Autorité de Contrôle Prudentiel et d'une inscription à l'ORIAS. N'importe quel site de prêt entre particuliers doit impérativement être en possession de ces autorisations, dans le cas contraire, il s'agit sans doute d'une escroquerie.

Ensuite, il ne faut pas ignorer que les délais d'obtention d'un crédit ne sont pas aussi rapides et qu'il faut (à peu près) quinze jours avant de recevoir les fonds sur son compte. Même si un particulier était en possession de fonds à placer ainsi, il étudierait longuement et profondément toutes les demandes avant de fixer son choix sur les plus solides.
Pour finir, un établissement financier n'accorderait pas un quelconque crédit (immobilier, personnel ou à la consommation) à un individu qui est fiché à la Banque de France pour incidents de paiement.

Последние новости